s e x u a l i t é

LA SEXUALITÉ fait partie intégrante des éléments qui déterminent l’état de santé d’une personne. Elle contribue à maintenir un bien-être physique, mental et émotionnel.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la sexualité « est un aspect central de l’être humain tout au long de sa vie. Elle englobe le sexe, l’identité, le rôle de l’homme et de la femme, l’orientation sexuelle, l’érotisme, l’intimité et la procréation. Elle se vit et s’exprime à travers les pensées, les fantasmes, le désir, et les convictions, attitudes, valeurs, comportements, pratiques, rôles et relation.»

Chez l’humain, le comportement sexuel est défini comme un comportement érotique.
Ce comportement est conditionné par les croyances personnelles et l’environnement culturel de la personne. Il s’élabore progressivement et évolue tout au long de la vie.

Les troubles de la sexualité peuvent affecter toutes les personnes, quelle que soit leur orientation sexuelle : homosexuelle ou hétérosexuelle.

Ils se définissent comme une souffrance physique ou psychologique, générées par l’incapacité à avoir des relations sexuelles satisfaisantes. Leur origine est souvent multiple et résulte de différents facteurs.
– physiques : fatigue, troubles vasculaires, diabète…
– psychologiques : stress, surmenage, peurs…
– relationnels : problème de couple, manque d’intimité…
– toxiques : effets secondaires d’un traitement médical, abus d’alcool, drogues…

Avec la sophrologie c’est porter un regard neuf sur sa sexualité

  • s’ouvrir à ses sensations et perceptions affectives et sensorielles
  • sur l’art de faire l’amour dans le langage du corps et dans la perception de nouvelles sensations érotiques et sexuelles

 

Différents types d’accompagnement seront proposés pour :

  • les troubles du désir :
    Les troubles du désir sexuel ou de la libido se manifestent par :
    – une absence ou diminution des fantasmes
    – une réticence ou évitement des rapports sexuels.
    Les causes sont multiples : le poids de la vie quotidienne, le stress (professionnel, familial), la mauvaise image de soi ou les problèmes de couples…  Cette problématique génère beaucoup de culpabilité, de frustration et d’anxiété. Elle impacte également l’entente du couple.
    L’objectif de cet accompagnement est d’amener l’homme ou la femme à éprouver facilement du désir pour leur partenaire.
    – chasser leur anxiété et développer leurs fantasme

Lien :
booster-sa-libido-avec-la-sophrologie

  • les troubles de l’excitation féminine :
    Les troubles de l’excitation féminine se définissent comme une difficulté persistante et récurrente à obtenir ou maintenir une excitation sexuelle suffisante. Ces troubles provoquent du stress qui fragilise l’estime de la femme.
    Ils apparaissent souvent lors de la grossesse, juste après l’accouchement ou à la ménopause.
    Malheureusement la femme continue d’avoir des rapports sexuels avec son partenaire, bien qu’elle ne soit pas excitée. La culpabilité de ne pas le satisfaire et la peur d’être quittée la poussent à passer au-delà de la gêne et de la douleur qu’elle ressent. La femme développe alors des sentiments négatifs envers son partenaire ( agacement, colère, rancune…)
    Sur la durée elle perd tout désir sexuel, désinvestit progressivement son couple et met en péril la relation qui la lie à son partenaire.
    L’objectif est d’amener la femme à ressentir facilement l’excitation sexuelle.
    – Eliminer ses peurs et renforcer son excitation sexuelle.
  • le vaginisme :
    L’intensité du vaginisme est variable selon les femmes. Il est généralement total (aucune pénétration possible), mais certaines femmes parfois parviennent, malgré de fortes douleurs à obtenir un petit degré de pénétrabilité. L’examen gynécologique reste, cependant, difficile.
    La femme redoute de souffrir et stimule involontairement le réflexe de fermeture du vagin afin de se protéger. Cette peur irraisonnée de la pénétration peut être la conséquence de souvenir de douleurs vécues, de traumatisme affectif (viol, rejet…), de traumatisme organique ( déchirure, épisiotomie, infection…), de scénarios catastrophes imaginaires, d’une éducation religieuse stricte ou de préceptes éducatifs culpabilisant les plaisirs du corps.
    Dans tous les cas, la femme n’arrive pas à se laisser aller et redoute la perte de contrôle.
    Leur vie sexuelle se détériore progressivement, laissant souvent émerger des troubles du désir…
    L’objectif est d’amener la femme à vivre sereinement la pénétration vaginale pendant les rapports sexuels.
    – Evacuer son angoisse – gérer la peur d’avoir mal – stimuler sa capacité à lâcher prise.
  • la dysfonction érectile :
    La dysfonction érectile est un trouble fréquent causé par des troubles organiques (altération des nerfs, trouble vasculaire…) mais aussi par des troubles psychologiques (stress, difficultés professionnelles, problèmes financiers, conflits conjugaux…).
    L’homme est fatigué, préoccupé, son excitation sexuelle est inhibée et il ne parvient plus à se laisser aller au plaisir.
    Cette impuissance transitoire est particulièrement déstabilisante pour l’homme. Elle l’atteint dans sa virilité et son incapacité à avoir une érection devient le centre de ses préoccupations. Malgré toutes les stratégies, tentatives, sollicitations, il ressent de la frustration, de la honte et s’enferme dans une anticipation négative du rapport sexuel.
    Sur la durée, la peur de la « panne » remet en cause sa masculinité et son estime.
    L’objectif est d’amener l’homme à avoir facilement une érection durable
    – Evacuer son anxiété t renforcer sa confiance en lui
  • l’éjaculation prématurée :
    Cette dysfonction sexuelle est très fréquente et rarement due à un problème physique, souvent liée à un faible apprentissage de la sexualité et à une mauvaise gestion de l’excitation.
    – Lorsque l’éjaculation prématurée existe depuis toujours, elle est souvent le résultat d’un apprentissage non abouti. Le jeune homme enchaîne les relations sexuelles insatisfaisantes qui ne lui permettent pas d’ajuster son comportement. Au fil du temps il reste piégé dans son dysfonctionnement.
    – Lorsque l’éjaculation prématurée survient alors qu’il n’y avait pas eu de problème auparavant, elle est souvent liée à un stress important. En effet, le stress favorise le réflexe éjaculatoire, amplifie l’hyperexcitabilité et diminue les capacités de maîtrise de soi. La colère, la frustration, la honte de ne plus pouvoir se contrôler, les réactions négatives de leur partenaire, accroissent la dépréciation de l’individu et renforcent son sentiment d’humiliation.
    L’objectif est d’amener l’homme à retrouver un comportement sexuel adapté et des rapports sexuels satisfaisants
    – Evacuer les croyances négatives – gérer son hyperexcitabilité et renforcer sa maîtrise de lui.

 

VIVRE SON CORPS dans L’INSTANT PRÉSENT
« ICI et MAINTENANT »

Lien :
regard-sur-le-coming-out-par-catherine-aliotta-presidente-de-la-chambre-syndicale-de-la-sophrologie/